Bientôt une gare routière moderne et pratique

Publié le

Désormais trop petit, le parking de la gare routière va être transformé dès janvier 2019. Avec une capacité triplée, des bornes de recharge pour les véhicules électriques et un local vélos sécurisé, il devrait faciliter l’accès aux trains et aux bus, et sera gratuit pour les abonnés aux transports métropolitains. La Ville souhaite l’étendre aux Gardannais qui utilisent le TER.

Les 97 places de stationnement du parking actuel (auxquelles il faut ajouter une vingtaine sur le parvis) ne suffisent évidemment plus à répondre à la demande de tous ceux qui utilisent les transports en commun chaque jour pour aller travailler ou étudier à Marseille ou à Aix, et qui viennent en voiture jusqu’à la gare routière. En témoigne le stationnement sauvage le long de la clôture d’Alteo ou sur les trottoirs, ce qui évidemment gêne les piétons. D’où la nécessité pour la Métropole (qui est responsable des transports) de voir beaucoup plus grand.

L’enjeu est important : le doublement de la ligne SNCF entre Gardanne et Aix a commencé à l’été 2018 été et durera jusqu’à la fin de l’année 2021. À cette date, avec un train tous les quarts d’heure en période de pointe, la fréquentation de la ligne devrait logiquement augmenter, d’autant que la Métropole a lancé en février 2018 un pass mensuel à 73 € permettant d’utiliser à volonté les lignes de bus, le train, le métro, le tramway, les vélos en libre-service et l’ensemble des parcs relais sur les 92 communes du territoire. Les titulaires de ce pass bénéficieront d’ailleurs de la gratuité du futur parking de la gare routière. Roger Meï souhaite que les Gardannais qui utilisent le TER quotidiennement soient également concernés.

352 PLACES DONT SEIZE ÉQUIPÉES DE BORNES DE RECHARGE

Afin de faire de l’endroit un véritable pôle d’échanges multimodal, à savoir un lieu où l’on vient à pied, en vélo, en bus, en voiture ou en taxi, la Métropole (via la Société d’économie mixte d’équipement du pays d’Aix) va aménager un parking silo sur trois niveaux, qui comblera les six mètres de dénivelé entre le parvis de la gare et l’avenue Philémon-Lieutaud. Au total, 352 places dans une structure aérée constituée d’un brise-vue en clairevoie et équipée sur la partie haute d’une ombrière couverte de panneaux photovoltaïques sur 925m2.

L’objectif est double : offrir des places de stationnement à l’ombre et produire de l’électricité qui alimentera les bornes pour les voitures électriques (seize emplacements) et les casiers dans lesquels les batteries amovibles des vélos à assistance électrique pourront être rechargées. Ces derniers disposeront d’un local couvert de 56 emplacements et protégé par une grille. L’accès aux bornes de recharge sera gratuit.

LE DÉPOSE-MINUTE DÉPLACÉ DANS LE ROND-POINT

« Nous avons demandé à l’architecte une entrée et sortie sur l’avenue Lieutaud afin d’éviter de saturer le rond-point des Phocéens, explique Magali Brunel, directrice adjointe des services techniques. Il y aura aussi une entrée depuis le rond-point, à hauteur du dépose-minute. » Ce dernier ne se trouvera plus devant le bâtiment de la gare comme actuellement : dans sa configuration définitive, le parvis ne sera plus accessible aux voitures et sera réservé aux taxis et aux bus. Un panneau d’affichage électronique donnant des informations sur les trains au départ et à l’arrivée sera installé au niveau du dépose-minute.

L’architecte marseillais Jean-Michel Battesti a travaillé sur son projet avec trois contraintes : conserver l’emprise actuelle (environ 9000m2 pour le parking et le parvis), utiliser des matériaux reprenant les teintes environnantes (l’acier auto-patinable des clairevoies sera ocre-rouge) et conserver le plus possible les arbres existants : les trois platanes anciens devant la gare, mais aussi des sophoras, des tilleuls et des savonniers. Si quelques arbres seront supprimés (dont ceux, évidemment, situés dans le parking actuels), une trentaine seront plantés, de même essence, pour la plupart sur le parvis. La gare routière conservera donc son aspect arboré, avec la haie de bambous qui longe l’usine d’alumine.

 

Dans l'actu